La FTSS : Une explication des termes courants


La publication La fiche technique sur la sécurité des substances - Une explication des termes courants a été préparée à l'intention de quiconque désire comprendre les termes couramment employés dans les fiches techniques sur la sécurité des substances.

Préface

Bien que le CCHST s'efforce par tous les moyens possibles de veiller à ce que l'information soit exacte et exhaustive, il est entendu qu'il ne saurait garantir l'exactitude ou l'intégralité de cette information et qu'il ne sera tenu responsable d'aucun dommage ni d'aucune perte découlant de l'utilisation d'une information inexacte ou incomplète.

Cette publication est offerte en anglais et en français.

Publication numéro P96-1F
ISBN 0-660-94647-5
Numéro du MAS CC273-2/96-1F

Date de publication: 1988
Date de révision : 1996

CCHST
250 rue Main est
Hamilton, Ontario
L8N 1H6
(905) 572-2981
(905) 572-2206 (télécopieur)

Introduction

Les fiches techniques sur la sécurité des substances (FTSS) renferment des renseignements de base sur la sécurité du travail avec les produits chimiques. La présente publication explique les termes utilisés fréquemment dans les FTSS.

Les termes sont listés par ordre alphabétique. Si le terme que vous cherchez n'apparaît pas dans ce document, vous pourriez peut-être consulter un dictionnaire de termes chimiques ou un dictionnaire usuel. Le nombre de termes médicaux pouvant apparaître dans une FTSS est si élevé qu'on n'a pas entrepris de les expliquer dans ce document-ci; il serait bon de consulter un spécialiste en la matière, par exemple un médecin ou une infirmière du travail.

Les différentes administrations ont des exigences particulières concernant le contenu des FTSS. Par exemple, une FTSS rédigée selon la norme Hazard Communication (HAZCOM) de l'OSHA aux États-Unis n'est pas nécessairement acceptable dans d'autres administrations.

Au cours des récentes années, des efforts ont été faits pour harmoniser la présentation et le contenu des FTSS d'une administration à l'autre. Un format de 16 en-têtes a été mis au point et il est documenté dans les normes et lignes directrices ILO/ISO/ANSI/EU. Il est donc maintenant possible de satisfaire aux exigences de plusieurs administrations en suivant ce format à 16 en-têtes. Il est à remarquer que certaines administrations exigent que les FTSS dites internationales portent une mention précisant quels sont les critères spécifiques et les règlements adoptés.

Le présent document fournit une information d'application générale pour toutes les administrations. Lorsqu'une définition s'applique à une administration particulière, le fait sera indiqué.

Les documents suivants sont d'autres publications du CCHST qui peuvent vous aider à comprendre les FTSS :

Pour plus d'information, veuillez communiquer avec le Service à la clientèle du CCHST.

Termes

ACGIH
American Conference of Governmental Industrial Hygienists. L'ACGIH est une association d'hygiénistes du travail professionnels qui travaillent soit pour l'Etat, soit pour des institutions d'enseignement. Cette association a deux comités de renommée mondiale : le comité sur les limites d'exposition (Threshold Limit Value [TLV] Committee) et le comité sur la ventilation.

ACIDE
Voir pH.

AEROSOL
On appelle aérosol l'ensemble des très petites particules qui sont en suspension dans l'air. Ces particules peuvent être liquides (brouillard) ou solides (fumées). Ce terme sert aussi couramment pour désigner un contenant sous pression réalisant la dispersion des particules, comme par exemple la bombe aérosol à peinture.

L'inhalation est la voie la plus commune d'exposition à des produits chimiques sous forme d'aérosol. Les aérosols peuvent aussi présenter un danger d'incendie.

AEROSOL INFLAMMABLE
En vertu du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, un produit appartient à la catégorie des aérosols inflammables s'il est emballé dans un contenant aérosol pouvant libérer une matière inflammable. Les aérosols inflammables sont considérés dangereux parce que le produit vaporisé peut prendre feu de façon explosive et transformer le contenant en torche. Il se peut aussi qu'un retour de flamme se produise à partir d'un feu alimenté par l'aérosol inflammable.

La norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donne une définition spécifique. Voir le texte des règlements pour de l'information détaillée.

AGENTS EXTINCTEURS
Ce terme désigne les différentes substances qu'on peut utiliser pour éteindre un feu en présence du produit dont il est question. On trouve parmi les agents extincteurs courants l'eau, le dioxyde de carbone, la poudre chimique, la mousse à l'alcool et les hydrocarbures halogénés gazeux (Halons). Il est important de savoir quels agents extincteurs on peut utiliser sur les lieux de travail et de les rendre disponibles. Il est aussi important de savoir quels sont les agents qu'il faut éviter d'utiliser, car ceux-ci pourraient augmenter le danger. Si plusieurs substances sont présentes, il faut si possible se procurer un extincteur qui convient à toutes.

AIGU
Aigu veut dire soudain ou bref. Le terme aigu peut décrire l'exposition à une substance ou les effets qui en résultent pour la santé. L'exposition aiguë est une exposition de courte durée: quelques minutes, quelques heures ou quelques jours. On dit que l'effet sur la santé est "aigu" lorsqu'il se produit soit immédiatement, soit peu de temps après l'exposition: quelques minutes, quelques heures ou même quelques jours. (Voir aussi Chronique.)

AIHA
American Industrial Hygiene Association

ALCALI, ALCALIN
Voir pH.

ANSI
American National Standards Institute

BASE, BASIQUE
Voir pH.

BIT
Bureau international du Travail

BROUILLARD
Gouttelettes de liquide qui se forment dans l'air lorsqu'un liquide est vaporisé ou giclé. Un brouillard peut aussi se produire lorsque des vapeurs qui se condensent redeviennent liquides et prennent la forme de gouttelettes dans l'air. (Voir aussi Aérosol.)

CANCERIGENE, CANCEROGENE, CANCEROGENICITE, CARCINOGENE
Un produit cancérogène est une substance chimique qui peut causer le cancer. Cancérogénicité veut dire "capacité de causer le cancer".

Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, les substances sont dites cancérogènes si elles ont été reconnues comme telles par l'American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH) ou le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Aux termes de la norme Hazard Communication (HAZCOM) de l'OSHA aux États-Unis, les substances sont identifiées cancérogènes sur les FTSS si elles sont listées comme telles ou comme cancérogènes possibles par le CIRC ou par le National Toxicology Program (NTP) des États-Unis, si elles sont réglementées comme cancérogènes par l'OSHA, ou s'il existe des preuves scientifiques valables indiquant une possibilité de cancérogenèse chez l'homme ou chez les animaux.

Les listes publiées par le CIRC, l'ACGIH et le NTP comprennent des substances reconnues cancérogènes chez les humains et certaines substances ayant causé le cancer chez les animaux soumis aux expriences. Certaines substances peuvent apparaître comme cancérogènes présumés ou possibles si les preuves sont limitées ou si elles ne sont pas assez constantes pour être concluantes.

CANUTEC
Nom donné au Centre canadien d'urgence transport, Division du transport des marchandises dangereuses, Transports Canada. CANUTEC fournit des renseignements et facilite les communications en cas d'urgence en matière de transport des marchandises dangereuses. Le service téléphonique de CANUTEC est ouvert 24 heures par jour toute l'année au numéro (613) 996-6666 (à frais virés au Canada).

CC
Centimètre cube. Sert également dans les fiches de langue anglaise pour désigner la méthode à vase fermé (closed cup) et la limite supérieure de concentration (ceiling concentration).

CCC
Cleveland Closed Cup. Une méthode à vase fermé normalisée qui permet de déterminer les points d'éclair.

CCHST
Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail. Le CCHST procure un service d'information pour tout le Canada sur l'hygiène et la sécurité au travail. Il répond à des demandes de renseignements particulières, produit des publications et offre un service de documentation informatique accessible en direct (ligneCCINFO) ou au moyen d'un disque CD-ROM (disqueCCINFO).

CERCLA
Comprehensive Environmental Response, Compensation and Liability Act, États-Unis.

CHEMTREC
Chemical Transportation Emergency Centre. Centre national établi aux États-Unis par la Chemical Manufacturers Association (CMA) pour fournir de l'information pertinente aux particuliers en cas d'urgence concernant des produits chimiques donnés. CHEMTREC offre aux organismes inscrits un service téléphonique sans frais 24 heures par jour en cas d'urgence relative au transport des produits chimiques.

CHRONIQUE
Chronique, signifiant à long terme ou prolongé, peut qualifier une exposition ou l'effet qu'elle produit sur la santé. L'exposition est dite chronique si elle dure des mois ou des années. Un effet sur la santé est dit chronique s'il résulte d'une exposition chronique ou s'il persiste longtemps après une exposition aiguë. Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, décrit les critères techniques permettant d'identifier les substances qui produisent des effets chroniques sur la santé. (Voir aussi Aigu.)

CIRC
Centre international de recherche sur le cancer. Le CIRC a un programme d'analyse critique de l'information relative à la cancérogénicité des substances et groupes de produits chimiques ainsi qu'aux produits associés à certains procédés industriels. Le CIRC a publié une liste de substances chimiques généralement reconnues cancérogènes, cancérogènes probables pour les humains ou cancérogènes chez les animaux soumis aux tests.

CL50
Les lettres CL signifient concentration létale. La CL50 est la concentration qu'une substance doit atteindre dans l'air pour entraîner la mort de la moitié (50%) des animaux soumis au test. On fixe ordinairement la période pendant laquelle la substance est respirée à 1 heure ou 4 heures. La CL50 aide à déterminer le risque d'intoxication à court terme que présente une substance.

De plus amples détails concernant la CL50 sont donnés dans une publication du CCHST intitulée Qu'est-ce que la DL50?.

CLM, CLmin our CMM
Concentration létale (ou mortelle) minimale mise à l'essai.

CO
Méthode à coupelle ouverte (ou à vase ouvert)

COC
Cleveland Open Cup. Méthode normalisée de test à coupelle ouverte ou à vase ouvert permettant de déterminer les points d'éclair.

COEFFICIENT DE REPARTITION HUILE/EAU
Le coefficient de répartition huile/eau, aussi appelé coefficient de partage, P, est le rapport entre la solubilité d'une substance dans l'huile et sa solubilité dans l'eau. Le coefficient est donné sous forme de logarithme de P (log P). Le coefficient de partage peut aider à comprendre dans quelle mesure une substance est absorbée par le corps ou s'y accumule. Ce coefficient aide aussi à comprendre les effets de la substance chimique sur le milieu.

COMBURANT, MATIERE COMBURANTE
Un comburant est une matière qui dégage facilement de l'oxygène et peut facilement oxyder une autre matière. Des exemples de comburants sont l'oxygène, le chlore et les composés de peroxyde. Ces substances chimiques alimentent le feu et sont très réactives. Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent des critères spécifiques qui permettent de déterminer si une matière appartient à la catégorie des comburants.

COMBUSTIBLE
On dit qu'une matière est combustible lorsqu'elle peut prendre feu et brûler. Cependant, plusieurs administrations donnent au terme combustible le sens particulier qui lui est accordé par définition dans leurs règlements. (Voir Liquide combustible.)

Les termes combustible et inflammable décrivent tous deux des matières qui peuvent brûler. En général, les matières combustibles prennent feu moins facilement que les matières inflammables.

COV
Composé organique volatil.

CTmin
Concentration toxique minimale (aussi teneur toxique minimale, TTmin). La plus faible concentration toxique mise à l'essai (voir aussi CLM et CL50).

DANGER, DANGEREUX
Décrit les effets nuisibles qui peuvent se produire. Pour évaluer le danger que présente une substance, on tient compte de ses propriétés telles que la toxicité, l'inflammabilité et la réactivité chimique, ainsi que de la façon dont la substance est utilisée. L'utilisation peut en effet varier considérablement selon le lieu de travail et la gravité du danger varie en conséquence.

Au Canada et aux États-Unis, le terme dangereux est utilisé par plusieurs organismes de réglementation utilisant diverses définitions. Par exemple, l'OSHA définit un produit chimique dangereux comme étant celui qui présente un risque physique ou un risque d'atteinte à la santé selon les critères de la norme HAZCOM de l'OSHA.

DBO
Demande biologique en oxygène.

DENSITE
La densité d'une substance est son poids par unité de volume. On donne ordinairement la densité en grammes par millilitre (g/mL) ou en grammes par centimètre cube (g/cc). La densité a un rapport étroit avec le poids spécifique (densité relative). On peut calculer le volume du produit qui se trouve dans un contenant en se basant sur sa densité et son poids.

DENSITE DE VAPEUR
La densité de vapeur est le poids par unité de volume d'une substance à l'état de gaz pur ou de vapeur. Dans les FTSS, la densité de vapeur est normalement donnée sous forme d'un rapport entre la densité du gaz ou de la vapeur et celle de l'air. On attribue à l'air la valeur arbitraire de 1. Les gaz légers (densité inférieure à 1), notamment l'hélium, montent dans l'air. Les vapeurs et gaz lourds (densité supérieure à 1) se déposent et peuvent s'accumuler dans les endroits surbaissés ou à la surface du sol en l'absence d'une ventilation adéquate.

DENSITE RELATIVE
Voir Poids spécifique.

DIVS
Danger immédiat pour la vie ou la santé. Voir IDLH.

DL50
Les lettres DL signifient dose létale. La DL50 est la quantité d'une substance qui, administrée d'un seul coup, entraîne la mort de la moitié (50%) des animaux soumis au test. La DL50 peut être établie pour différentes voies d'exposition, dont les plus courantes sont la voie cutanée (par la peau) et la voie orale (par la bouche). La DL50 est une des façons qui existent pour déterminer le risque d'intoxication à court terme que présente une substance. (Voir aussi CL50.)

De plus amples détails sont donnés dans une publication du CCHST intitulée Qu'est-ce que la DL50?.

DLM, DLmin ou DMM
La plus petite dose létale ou mortelle mise à l'essai.

DOT
Department of Transportation, États-Unis

DTM, DTmin
La plus petite dose toxique mise à l'essai (voir aussi DLM et DL50)

EFFETS SUR LA REPRODUCTION
Effets d'une substance sur le processus de reproduction. Il peut s'agir d'une réduction de la fécondité chez l'homme ou chez la femme, ou encore de perturbations du cycle menstruel, de fausse couche, d'embryotoxicité, de foetotoxicité, de teratogénicité ou de résidus nuisibles pour le nourrisson dans le lait maternel.

La plupart des produits chimiques peuvent avoir des effets sur la reproduction chez une personne exposée à des quantités extrêmement élevées.

Dans ces cas, la personne exposée constate d'autres signes ou symptômes de surexposition qui attirent l'attention sur la toxicité du produit. Ce n'est que dans les cas où une substance présente un danger pour la reproduction en l'absence d'autres effets toxiques qu'on peut véritablement parler de danger pour la reproduction. Il y a très peu de produits chimiques utilisés en milieu de travail qui présentent de tels risques pour la reproduction.

EMBRYON
Organisme qui en est aux premiers stades de son développement avant la naissance. Chez les humains, on appelle embryon l'être qui se développe depuis la conception jusqu'à la fin du deuxième mois de grossesse. (Voir aussi Foetus.)

EMBRYOTOXIQUE, EMBRYOTOXICITE
Un agent nuisible pour l'embryon. L'embryotoxicité est la capacité que possède une substance de nuire à l'embryon. Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques servant à identifier les matières tératogènes et embryotoxiques. (Voir aussi Foetotoxicité et Effets sur la reproduction.)

EPA
Environmental Protection Agency, États-Unis

EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE (EPI)
Ce terme désigne les articles et vêtements qui se portent pour empêcher l'exposition directe à une matière ou à une situation dangereuse. Les équipements de protection individuelle recommandés sont souvent listés dans les FTSS; ceux qui servent à protéger contre l'exposition aux produits chimiques peuvent être des vêtements ou des appareils de protection des voies respiratoires et des yeux.

Les équipements de protection individuelle doivent n'avoir qu'une importance secondaire par rapport aux mesures d'ingénierie, car ils sont parfois peu fiables et s'ils font défaut, le travailleur risque de se retrouver sans aucune protection. On a parfois recours à des équipements de protection individuelle en plus des mesures d'ingénierie. Par exemple, un système de ventilation (mesure d'ingénierie) réduit le danger des produits chimiques pour les voies respiratoires, alors que les gants et les tabliers (équipements de protection individuelle) réduisent le contact avec la peau. On peut aussi avoir recours aux équipements de protection individuelle lorsque les mesures d'ingénierie ne sont pas pratiques, que ce soit en cas d'urgence ou dans des circonstances temporaires, comme les travaux d'entretien.

EXPLOSION / EXPLOSIVITE
Ces données décrivent les propriétés qui font qu'une substance est explosive. Les détails quantitatifs touchant l'explosivité sont rarement disponibles et ils se limitent ordinairement à des termes descriptifs (basse, modérée, élevée).

Les termes suivants peuvent servir à décrire les dangers que présente une matière explosive:

- Sensibilité au choc mécanique. On indique ici la possibilité que la substance brûle ou explose au choc (comme lorsqu'on laisse tomber un contenant) ou à la friction (comme lorsqu'on nettoie un déversement).
- Sensibilité à la décharge statique. On indique ici le degré de probabilité qu'une étincelle électrique mette le feu à la substance.

On peut obtenir des renseignements détaillés concernant les explosifs qui se vendent sur le marché. Au Canada, l'usage, l'entreposage, le transport et la manutention des explosifs qui servent dans l'industrie sont rigoureusement réglementés en vertu des lois sur les matières explosives et le transport des marchandises dangereuses. Ils échappent au Règlement sur les produits contrôlés.

FAMILLE CHIMIQUE
Par famille chimique, on entend une description générale de la nature du produit chimique. Il arrive souvent que des substances qui appartiennent à la même famille chimique aient des propriétés physiques et chimiques ainsi que des effets toxiques semblables. Cependant, il peut aussi y avoir des différences importantes. Par exemple, le toluène et le benzène appartiennent tous deux à la famille des hydrocarbures aromatiques, mais le benzène est cancérogène alors que le toluène ne l'est pas.

FDA
Food and Drug Administration, États-Unis

FIFRA
Federal Insecticide, Fungicide and Rodenticide Act, États-Unis

FOETOTOXIQUE
Agent nuisible pour le foetus. (Voir aussi Embryotoxique, Teratogène et Effets sur la reproduction.)

FOETUS
Un organisme ayant atteint les derniers stades de développement avant la naissance. A partir du troisième mois de grossesse, l'enfant qui va naître s'appelle le foetus. (Voir aussi Embryon.)

FORMULE CHIMIQUE / FORMULE MOLECULAIRE
La formule chimique ou formule moléculaire identifie les éléments (carbone, hydrogène, oxygène, etc.) dont une substance se compose. La formule indique aussi le nombre relatif de chaque élément par unité (molécule) de produit chimique. On peut aussi se servir de la formule chimique pour confirmer l'identité des ingrédients ou pour indiquer la présence d'un élément potentiellement dangereux. Par exemple, la formule moléculaire ZnCrO4 du chromate de zinc indique que ce produit contient non seulement du zinc (Zn) mais aussi du chrome (Cr).

FORMULE MOLECULAIRE
Voir Formule chimique.

FR
Federal Register, États-Unis

FUMEES
Très petites particules solides en suspension dans l'air qui se forment lorsque de la vapeur chaude se refroidit. Par exemple, il peut se former de la vapeur de zinc chaud lorsqu'on soude de l'acier recouvert de zinc. En entrant en contact avec l'air ambiant plus frais, la vapeur se condense et forme une fine fumée de zinc. Généralement les fumées sont formées de particules plus fines que les poussières et elles pénètrent donc plus facilement dans les poumons.

GAZ
Un gaz est une substance sans forme qui tend à occuper uniformément tout l'espace disponible, dans des conditions de température et de pression normales. Les termes vapeur et fumée sont quelquefois confondus avec le terme gaz.

GAZ COMPRIME
Un gaz comprimé est une substance qui est à l'état gazeux à la température et à la pression normales de la pièce, mais qui se vend à l'état de liquide, de gaz sous pression ou de liquide réfrigéré.

Le Règlement sur les produits contrôlés au Canada et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis définissent les critères techniques selon lesquels une substance est désignée comme gaz comprimé.

Que les gaz comprimés soient vendus en bombes aérosol, en bombonnes sous pression ou en contenants réfrigérés, il faut les entreposer et les manipuler avec beaucoup de prudence, car de tels contenants peuvent exploser s'ils sont percés, endommagés ou chauffés.

GAZ INFLAMMABLE
Un gaz est dit inflammable s'il peut prendre feu facilement et brûler rapidement ou de façon explosive. Le Règlement sur les produits contrôlés au Canada et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis renferment des critères techniques servant à identifier les gaz inflammables aux fins de chaque règlement. Ces gaz peuvent être extrêmement dangereux en milieu de travail. Par exemple:

- Si le gaz s'accumule au point d'atteindre la limite inférieure d'explosivité (LIE), une source d'inflammation peut provoquer une explosion.
- Si la ventilation est inadéquate, les gaz inflammables peuvent parcourir une distance considérable, atteindre une source d'inflammation et produire un retour de flamme.

GI
Gastro-intestinal, c'est-à-dire relatif à l'estomac et à l'intestin.

HAZCOM
Désigne la norme Hazard Communication Standard (29CFR 1910.1200), États-Unis.

IATA
Association du transport aérien international

IDLH
Sigle anglais signifiant Immediately Dangerous to Life or Health. Se traduit en français par DIVS, danger immédiat pour la vie ou la santé. En matière de choix d'un appareil respiratoire, le NIOSH définit la IDLH comme étant la concentration d'une substance dans l'air à laquelle l'exposition risque d'entraîner la mort, de produire immédiatement ou à longue échéance des effets nocifs permanents sur la santé, ou d'empêcher la personne exposée de se soustraire à l'exposition. Cette norme vise à permettre à une personne exposée de quitter les lieux contaminés si son appareil respiratoire fait défaut. Il faut en pareil cas s'efforcer par tous les moyens de quitter les lieux immédiatement.

ILO
Voir BIT.

IMPERMEABLE
Le mot imperméable sert ordinairement à décrire des gants et autres vêtements de protection. Lorsqu'on dit qu'une matière est imperméable à une certaine substance, cela veut dire que la substance en question ne la pénètre pas et ne l'endommage pas. Différentes matières sont imperméables à différentes substances. Il n'existe pas de matière qui soit imperméable à toutes les substances. Si une FTSS recommande de porter des gants imperméables, vous devez déterminer quelle est la matière qui résiste à la substance en cause. Par exemple, les gants de néoprène sont imperméables à l'alcool butylique mais pas à l'alcool éthylique.

INCOMPATIBLE, INCOMPATIBILITE
Les substances incompatibles peuvent réagir avec le produit ou avec un de ses ingrédients et :

- détruire la structure ou la fonction du produit;
- causer un incendie, une explosion ou une réaction violente; ou
- occasionner des émanations dangereuses en réagissant avec le produit.

INFLAMMABLE, INFLAMMABILITE
On dit qu'une substance est inflammable si elle prend feu facilement et entretient la flamme. Inflammabilité est le mot qui définit la capacité de la substance à prendre feu. (Voir aussi Combustible.) Aux fins du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et de la norme HAZCOM de l'OSHA, États-Unis, les substances inflammables sont divisées selon des critères spécifiques. (Voir Aérosol inflammable, Gaz inflammable, Liquide inflammable, Solide inflammable et Matières inflammables réactives.)

Le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses (TMD), Canada, et les règlements du Department of Transportation, États-Unis, renferment des critères très semblables quant à la classification des matières inflammables. (Voir TMD, classification d'inflammabilité). Au Canada, les codes d'incendie régionaux, provinciaux et nationaux établissent aussi des catégories et des contrôles quant à l'usage des matières inflammables en milieu de travail. (Voir aussi Combustible.)

INGESTION
Désigne le fait d'absorber une substance par la bouche.

INGREDIENT ACTIF
L'ingrédient actif est celui qui produit les effets attendus. Ce n'est pas nécessairement celui qui forme la plus grande partie du produit ni qui présente le plus de danger. Par exemple, un insecticide peut ne contenir que 1 % de pyrethrin, l'ingrédient qui tue les insectes. Les autres ingrédients s'appellent ingrédients inertes.

INGREDIENT DANGEREUX
La Loi sur les produits dangereux, Canada, stipule qu'un produit chimique doit figurer à la section Ingrédients dangereux d'une FTSS dans les conditions suivantes:

- répond aux critères qui en font un produit contrôlé;
- figure sur la Liste de divulgation des ingrédients;
- aucune donnée toxicologique disponible; ou
- avis de risque de la part du fournisseur

On peut déroger à la divulgation de certaines matières chimiques sur la FTSS en présence des critères spécifiques stipulés dans la Loi sur le contrôle des renseignements relatifs aux matières dangereuses.

INGREDIENT INERTE
Un ingrédient inerte est un composant autre que l'ingrédient actif d'un produit. Il peut s'agir d'un solvant, d'un colorant, d'un blanc de charge ou d'un agent de dispersion. Dans certains cas, les ingrédients inertes peuvent être dangereux.

INHALATION
Absorption par les poumons d'une substance qui a été respirée.

IRRITATION, IRRITANT
La capacité que possède une substance d'irriter la peau, les yeux, le nez, la gorge ou toute autre partie du corps avec laquelle elle entre en contact. L'irritation se manifeste par différents symptômes : rougeur des yeux, larmoiement, enflure, démangeaison et douleur de la partie affectée.

L'irritation est dite faible, modérée ou grave, selon le degré d'irritation causée par une quantité donnée de la substance. On peut aussi utiliser une échelle de zéro à 4, zéro indiquant que la substance n'a causé aucune irritation et 4 indiquant que la substance a causé une irritation grave. Le degré d'irritation est déterminé par des expériences de laboratoire pratiquées sur des animaux.

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent les critères techniques servant à déterminer qu'un produit est irritant pour la peau ou les yeux aux fins de chaque règlement.

ISO
Organisation internationale de normalisation.

ISOLEMENT / ISOLATION DU PROCEDE
Le terme, tel qu'il est utilisé dans les FTSS, signifie que l'opération dans laquelle on utilise la substance dangereuse est effectuée dans un espace complètement clos. Une barrière physique sépare le travailleur de la source possible d'incendie ou de danger pour la santé. On recommande ordinairement qu'un procédé soit isolé lorsqu'il fait appel à une substance très toxique ou inflammable.

KG
Abréviation de kilogramme

KOW
Coefficient de partage octanol/eau (l'abréviation française COE est parfois utilisée).

LECT
Limites d'exposition à court terme (voir l'explication générale donnée pour Limites d'exposition)

LEMT
Limites d'exposition en milieu de travail (voir l'explication générale donnée pour Limites d'exposition)

LIE
Limite inférieure d'explosivité (voir Limites d'explosivité)

LII
Limite inférieure d'inflammabilité (voir Limites d'explosivité)

LIMITES D'EXPLOSIVITE / LIMITES D'INFLAMMABILITE
Ces limites précisent la gamme des concentrations auxquelles la substance qui se trouve dans l'air peut prendre feu en présence d'une étincelle ou d'une flamme. On les appelle aussi limites d'inflammabilité.

La limite inférieure d'explosivité (LIE) ou limite inférieure d'inflammabilité (LII) est la plus faible concentration de gaz ou de vapeur à laquelle la substance peut prendre feu ou exploser en présence d'une étincelle ou d'une flamme. La limite supérieure d'explosivité (LSE) ou limite supérieure d'inflammabilité (LSI) est la plus forte concentration de gaz ou de vapeur à laquelle la substance peut prendre feu ou exploser en présence d'une étincelle ou d'une flamme. Lorsque la concentration se situe entre la LIE et la LSE, on dit que le mélange est explosif. Lorsque la concentration est inférieure à la LIE, le mélange est trop "faible" pour brûler. Lorsque la concentration est supérieure à la LSE, le mélange est trop "riche" pour brûler; cependant la concentration est malgré tout dangereuse, car elle peut être réduite de manière à entrer dans la gamme des concentrations dangereuses (par exemple si de l'air frais est introduit).

En réalité, les limites d'explosivité varient car elles dépendent de divers facteurs, notamment la température ambiante. Par conséquent, les valeurs indiquées dans les FTSS sont approximatives.

Les limites d'explosivité sont ordinairement exprimées comme pourcentage de la substance dans l'air. Un pour cent par volume égale 10 000 ppm. Par exemple, l'essence a une LIE de 1,4% et une LSE de 7,6%, ce qui veut dire que les vapeurs d'essence dont la concentration se situe entre 1,4% et 7,6% (14 000 à 76 000 ppm) sont inflammables ou explosives.

LIMITES D'EXPOSITION EN MILIEU DE TRAVAIL (LEMT)
Une limite d'exposition est la concentration d'une substance chimique dans l'air du milieu de travail à laquelle la plupart des gens peuvent être exposés sans subir d'effets nuisibles. On ne saurait prendre les limites d'exposition pour des distinctions nettes entre ce qui est dangereux et ce qui ne l'est pas, car une substance chimique peut produire des effets sur la santé d'une personne à des concentrations beaucoup moins élevées que la limite d'exposition.

Les limites d'exposition portent divers noms selon leur origine et elles ne représentent pas toujours des limites réglementaires. Par exemple, les valeurs limites d'exposition (VLE, ou en anglais TLV signifiant Threshold Limit Value) sont des lignes directrices qui ont été mises au point par l'ACGIH (American Conference of Governmental Industrial Hygienists). Elles ont été adoptées comme limites réglementaires par diverses administrations canadiennes. D'autre part, les PEL (Permissible Exposure Limits) sont des limites d'exposition qui ont force de loi aux Etats-Unis. Il arrive de plus que les fabricants recommandent des limites d'exposition pour leurs produits.

De nombreux produits chimiques n'ont pas encore fait l'objet de limites d'exposition pour diverses raisons. Il arrive souvent, par exemple, que l'information disponible soit insuffisante. On ne peut donc pas conclure qu'un produit est inoffensif parce qu'il n'a pas de limite d'exposition.

On utilise communément trois différents genres de limites d'exposition : 1) La moyenne pondérée sur le temps (MPT) est la concentration moyenne d'une substance dans l'air sur une période normale de 8 heures de travail par jour ou 40 heures par semaine, à laquelle presque tous les travailleurs peuvent être exposés jour après jour sans subir d'effets nuisibles. Valeur pondérée sur le temps veut dire qu'on a établi une valeur moyenne de la concentration en fonction de la durée de l'exposition à différentes concentrations sur une période déterminée. De cette façon, on obtient une moyenne des concentrations élevées et des concentrations faibles observées au cours d'une semaine ou d'une journée.

2) La limite d'exposition à court terme est la concentration moyenne à laquelle le travailleur peut être exposé pendant une courte période (ordinairement 15 minutes) sans subir d'irritation ni de dommage chronique ou irréversible aux tissus, et sans perte de vigilance. On peut aussi déterminer le nombre de fois que la concentration peut atteindre ces limites, ainsi que le temps qui doit s'écouler entre chaque exposition à des concentrations limites.

3) Les valeurs plafonds (P) représentent une concentration maximale qu'il ne faut jamais dépasser.

La mention PEAU signifie que le contact direct avec la peau, les yeux ou les muqueuses (par exemple la bouche) peut aggraver l'effet global de l'exposition. Cette mention a pour but de suggérer des mesures visant à empêcher l'absorption par ces voies d'exposition (par exemple le port de gants de protection). Si le produit est absorbé directement par la peau, les limites de concentration du produit dans l'air ambiant ne sont plus valables.

LIMITES D'INFLAMMABILITE
Voir Limites d'explosivité.

LIQUIDE COMBUSTIBLE
Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, définit comme combustibles les liquides dont le point d'éclair se situe entre 37,8 et 93,3 degrés C (100 et 200 degrés F) dans des tests en coupelle fermée. Aux États-Unis, la norme HAZCOM de l'OSHA utilise une définition semblable.

Ces températures sont nettement supérieures à la température normale d'une pièce. Les liquides combustibles sont donc un peu moins dangereux que les liquides inflammables. Si un tel liquide risque d'être porté à une température approchant son point d'éclair, il faut prendre les précautions nécessaires pour prévenir l'incendie et l'explosion.

LIQUIDE INFLAMMABLE
Un liquide inflammable est un liquide qui dégage des vapeurs susceptibles de prendre feu facilement à des températures courantes en milieu de travail. Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, un liquide inflammable est un liquide dont le point d'éclair est inférieur à 37,8 degrés C (100 degrés F) (coupelle fermée). La norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis utilise une définition semblable, bien qu'elle ne soit pas identique.

Les liquides inflammables peuvent être extrêmement dangereux en milieu de travail. Par exemple:

- Si la ventilation est inadéquate, leurs vapeurs peuvent parcourir une distance considérable pour parvenir à une étincelle ou à une flamme et produire un retour de flamme.
- L'eau ne se prête pas toujours à l'extinction d'un feu alimenté par un liquide inflammable, car il peut être impossible de faire ainsi baisser la température du liquide plus bas que son point d'éclair.

LSE
Limite supérieure d'explosivité (voir Limites d'explosivité)

LSI
Limite supérieure d'inflammabilité (voir Limites d'explosivité)

M Cu
Abréviation de mètre cube. Aussi m3 ou m(3).

MATIERES AYANT D'AUTRES EFFETS TOXIQUES
Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques permettant d'identifier les matières qui ont des effets toxiques, notamment la sensibilisation de la peau ou des voies respiratoires, et qui peuvent causer des effets mutagènes ou cancérogènes. En se fondant sur ces renseignements, on peut considérer un produit appartenant à la catégorie des matières toxiques et infectieuses comme étant toxique ou très toxique.

MATIERES AYANT DES EFFETS TOXIQUES IMMEDIATS ET GRAVES
Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques permettant d'identifier les matières qui ont des effets toxiques immédiats et graves. Ces critères se basent sur des données telles que la DL50 ou la CL50. En se fondant sur ces renseignements, on peut considérer un produit appartenant à la catégorie des matières toxiques et infectieuses comme étant toxique ou très toxique.

MATIERES CORROSIVES
Une substance est dite corrosive si elle attaque (corrode) les métaux et les tissus du corps humain, comme ceux de la peau ou des yeux. Les substances corrosives peuvent détériorer les contenants en métal et entraîner une fuite, ou affaiblir les matériaux de charpente et entraîner un effondrement. Les substances corrosives peuvent brûler les tissus du corps humain et causer des cicatrices permanentes ou rendre une personne aveugle.

Le Règlement sur les produits contrôlés au Canada et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent les critères techniques servant à identifier les substances qui appartiennent à la catégorie des matières corrosives. (Voir aussi pH.)

MATIERES DANGEREUSEMENT REACTIVES
Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques servant à identifier les substances qui appartiennent à la catégorie des matières dangereusement réactives.

Une matière dangereusement réactive peut réagir violemment :

- avec de l'eau pour produire un gaz très toxique;
- par elle-même par polymérisation ou par décomposition; ou
- sous l'effet d'un choc ou d'une hausse de pression ou de température.

Selon la définition de l'ANSI, une matière est dangereusement réactive lorsqu'elle peut subir une réaction chimique auto-accélérée exothermique violente au contact de substances courantes ou spontanément.

Une matière dangereusement réactive peut déclencher un incendie ou une explosion, ou donner lieu à d'autres conditions dangereuses. Il est très important de connaître les conditions susceptibles d'occasionner une réaction dangereuse (choc, chaleur, humidité) pour pouvoir prendre les mesures de prévention appropriées.

MATIERES INFECTIEUSES
Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, une matière est dite infectieuse si elle renferme des organismes ou des toxines produites par ces organismes qui peuvent provoquer une maladie chez les humains ou les animaux. Par exemple, une personne exposée à un spécimen de sang contaminé à l'hépatite B peut contracter cette maladie. Certaines administrations exigent que les produits renfermant des matières infectieuses soient accompagnés d'une FTSS.

MATIERES INFLAMMABLES ET COMBUSTIBLES
Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, une substance appartient à la catégorie des matières inflammables et combustibles si elle répond aux critères définissant les gaz inflammables, liquides inflammables, liquides combustibles, solides inflammables, aérosols inflammables ou matières réactives inflammables.

MATIERES INFLAMMABLES REACTIVES
Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, une matière est réactive et inflammable si elle présente un risque d'incendie parce qu'elle réagit facilement avec l'air ou l'eau. Font partie de cette catégorie les matières qui:

- sont spontanément combustibles, c'est-à-dire susceptibles de s'échauffer au contact de l'air au point de prendre feu;
- peuvent réagir violemment avec l'air dans des conditions normales sans prendre feu;
- dégagent une quantité dangereuse de gaz inflammable en réagissant avec de l'eau; ou
- deviennent spontanément combustibles au contact de l'eau ou de la vapeur d'eau.

Il faut tenir les matières réactives inflammables au sec et à l'écart de l'oxygène (dans l'air) et des comburants. C'est pourquoi il arrive souvent qu'on les entrepose ou qu'on les utilise en présence d'un gaz comme l'azote ou l'argon.

MATIERES TOXIQUES ET INFECTIEUSES
Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, on considère toxique ou infectieuse toute matière répondant aux critères servant à définir les matières qui produisent des effets toxiques immédiats et graves, les matières ayant d'autres effets toxiques ou les matières infectieuses.

MESA
Mining Enforcement and Safety Administration. MESA était l'agence gouvernementale chargée de la mise en pratique des normes et règlements d'hygiène et de sécurité dans les mines des Etats-Unis jusqu'à ce que la MSHA soit fondée pour la remplacer en 1978.

MESURES D'INGENIERIE
Les mesures d'ingénierie (parfois appelées mécanismes techniques) aident à réduire l'exposition au danger, que ce soit en isolant l'élément dangereux ou en l'éliminant du milieu de travail. On compte parmi les mesures d'ingénierie la ventilation mécanique et l'isolement du procédé. Ces mesures sont importantes parce qu'elles sont intégrées au procédé de travail.

Il est ordinairement préférable d'utiliser des mesures d'ingénierie plutôt que des mesures générales, notamment des équipements de protection individuelle. La meilleure façon de réduire le danger que présente une substance ou un procédé industriel est d'y substituer une substance ou un procédé moins dangereux. On considère souvent que la substitution est un genre de mesure d'ingénierie.

mg/m3
L'abréviation mg/m3 signifie milligrammes (mg) d'une matière par mètre cube (m3) d'air. C'est une mesure métrique exprimant la concentration (poids/volume). On peut mesurer la concentration des matières chimiques présentes dans l'air en mg/m3.

MIN
Peut vouloir dire minute ou minimum.

MISCIBLE
Qui peut être mêlé. Ce mot indique que deux liquides peuvent se dissoudre l'un dans l'autre, complètement ou en partie. Ordinairement, miscible veut dire que deux liquides sont complètement solubles l'un dans l'autre. (Voir aussi Solubilité.)

ML
Abréviation de millilitre

mm Hg
L'abréviation mm Hg signifie millimètres (mm) de mercure (Hg). C'est ainsi qu'on mesure communément la pression exercée par des gaz comme l'air. La pression exprimée en mm Hg désigne la hauteur qu'une colonne de mercure doit avoir pour exercer la pression mentionnée. La pression atmosphérique normale est 760 mm Hg.

MPT
Moyenne pondérée sur le temps. (Voir l'explication générale donnée pour Limites d'exposition.)

MSHA
Mine Safety and Health Administration. La MSHA est l'agence gouvernementale chargée de la mise en pratique des normes et règlements sur l'hygiène et la sécurité dans les mines des Etats-Unis. Elle a remplacé la MESA en 1978.

MUTAGENE, MUTAGENICITE
Ce terme indique la capacité de produire des mutations, c'est-à-dire des changements dans l'ADN (ou les chromosomes) des cellules.

L'ADN est responsable des traits que nous transmettons à nos enfants et détermine aussi la façon dont les cellules du corps se divisent et se reproduisent.

Certains tests sont effectués pour déterminer la cancérogénicité des produits chimiques ainsi que leurs effets sur la reproduction. En effet, il y a lieu de supposer que les mutations peuvent augmenter le risque de cancer et causer des troubles de la reproduction, dont l'infécondité et les malformations. Cependant, le corps humain possède la capacité de corriger les mutations alors que dans la plupart des tests de mutagénicité, cela n'est pas possible. Ces tests ne sont donc pas de très bons indicateurs.

Si on mentionne la mutagénicité sur les FTSS, c'est que ces tests sont souvent des indicateurs de danger possible et qu'il n'existe souvent aucune autre preuve quant à la possibilité de cancérogénèse ou d'effets sur la reproduction. Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent les critères techniques permettant d'identifier les substances mutagènes.

NFPA
National Fire Prevention Association, États-Unis

NIOSH
National Institute for Occupational Safety and Health. Cet organisme qui relève du gouvernement des Etats-Unis effectue des recherches et formule des normes d'hygiène et de sécurité au travail.

NOM CHIMIQUE
Le nom chimique est le nom scientifique approprié qui désigne un ingrédient du produit; par exemple, le nom chimique de l'herbicide 2,4-D est «acide dichloro-2,4 phénoxyacétiqueë. On peut utiliser le nom chimique pour obtenir des renseignements supplémentaires.

NOM DE MARQUE
Le nom de marque est le nom sous lequel un produit chimique se vend sur le marché. Certaines substances chimiques pures se vendent sous un nom d'usage courant (par exemple solvant Stoddard ou dégraissant) ou sous le nom de marque qu'on emploie pour le désigner à l'échelle mondiale (par exemple Varsol). Certains noms de marques de produits sont identifiés par des symboles comme (R) ou (TM).

NSA
Non spécifié ailleurs

NTP
National Toxicology Program. Il s'agit d'un programme relevant du ministère de la santé et des services au public des Etats-Unis. Le NTP soumet un grand nombre de produits chimiques à des tests de cancérogénicité. Il effectue également plusieurs autres genres d'études concernant les effets à long et à court terme sur la santé.

NUMERO D'IDENTIFICATION DU PRODUIT (NIP)
(En anglais PIN, Product Identification Number. Parfois appelé numéro UN, United Nations, ou NA, North America). Numéro à quatre chiffres affecté à une substance dangereuse (par exemple l'essence, UN 1203) ou à une catégorie de substances (par exemple les liquides corrosifs, UN 1760) pour permettre de les identifier aux fins du transport. Les gens qui sont appelés à combattre l'incendie ou à effectuer d'autres opérations d'urgence emploient ce numéro pour identifier la substance en cas de situation dangereuse. Les numéros UN sont reconnus partout au monde, alors que les numéros NA ne servent que pour le transport au Canada et aux Etats-Unis. Les NIP sont utilisés au Canada seulement. Les numéros UN, NA et NIP servent tous aux mêmes fins.

NUMERO DE REGISTRE CAS
Le numéro de registre CAS est un numéro donné à un produit chimique par le Chemical Abstracts Service (CAS) de l'American Chemical Society (ACS) pour fins d'identification distinctive. Cette méthode est nécessaire parce qu'un seul et même produit peut être désigné par plus d'un nom selon la langue ou le pays. Ce numéro ne sert que de référence; il ne décrit pas la nature chimique du produit ou les dangers qu'il présente. On peut avoir recours au numéro CAS pour chercher des renseignements supplémentaires sur un produit, par exemple dans des livres ou des bases de données.

NUMERO NA
Voir Numéro d'identification du produit.

NUMERO UN
Voir Numéro d'identification du produit.

OCDE
Organisation de coopération et de développement économiques. En anglais, OECD (Organization for Economic Cooperation and Development). L'OCDE est une agence internationale qui appuie les programmes visant à favoriser le commerce et le développement.

L'OCDE a publié un ouvrage intitulé Lignes directrices de l'OCDE pour les essais de produits chimiques. On y trouve des recommandations quant à la façon d'effectuer des tests pour déterminer la toxicité des produits chimiques, les effets que ceux-ci produisent sur l'environnement et leurs propriétés physiques et chimiques.

OSHA
Occupational Safety and Health Administration. Une division du gouvernement des Etats-Unis chargée de l'établissement et de la mise en pratique des règlements relatifs à l'hygiène et à la sécurité au travail. C'est cet organisme qui fixe les limites d'exposition légales, appelées Permissible Exposure Limits (PEL) aux Etats-Unis.

L'OSHA spécifie quels renseignements doivent apparaître sur les étiquettes et les FTSS des produits classifiés comme dangereux d'après les critères qu'elle a établis.

PEAU
Voir l'explication générale donnée pour Limites d'exposition.

PEL
Permissible Exposure Limits. Limites d'exposition légales aux Etats-Unis, établies par l'Occupational Safety and Health Administration (OSHA). (Voir l'explication générale donnée pour Limites d'exposition.)

pH
Le pH est une mesure de l'acidité ou de la basicité (alcalinité) d'une substance lorsqu'elle est dissoute dans l'eau. On l'exprime sur une échelle de 0 à 14. L'éventail du pH se divise ordinairement comme suit.

  pH           Catégorie
 0 - 2         acide fort 
 3 - 5         acide faible 
 6 - 8         neutre 
 9 - 11        base faible 
12 - 14        base forte

Aux termes du Règlement sur les produits contrôlés, Canada, les substances dont le pH se situe entre 0 et 2 ou 11.5 et 14 sont classifiées comme corrosives. Les matières corrosives doivent être utilisées et entreposées très soigneusement.

PMCC
Pensky-Martens Closed Cup. Méthode spécifique servant à déterminer les points d'éclair.

PNCA
Particules non classifiées ailleurs. Terme défini par l'ACGIH et servant à décrire les particules auxquelles on ne saurait rattacher une preuve d'effet toxique spécifique, notamment de fibrose ou d'effet systémique. Ces particules ne peuvent pourtant pas être considérées inertes, car elles peuvent produire des effets toxiques généraux si leur concentration dans l'air atteint un certain niveau.

POIDS MOLECULAIRE
Le poids moléculaire d'une substance chimique est exprimé par un nombre qui indique combien une molécule (ou unité) de cette substance pèse par rapport à l'hydrogène, qui est l'élément le plus léger et dont le poids est égal à 1. On se sert du poids moléculaire à diverses fins techniques, dont le calcul des conversions de ppm (parties par million) en mg/m3 (milligrammes par mètre cube) de la substance dans l'air.

POIDS SPECIFIQUE
Le poids spécifique est le rapport entre la densité d'une substance et la densité de l'eau. La densité de l'eau est environ 1 gramme par centimètre cube (g/cc). Les substances qui sont plus légères que l'eau flottent. La plupart des substances, ayant un poids spécifique supérieur à 1,0, se déposent dans l'eau. Il est important de connaître le poids spécifique d'une substance pour prévoir les méthodes de nettoyage et de lutte contre les incendies. Par exemple, un liquide inflammable léger, notamment l'essence, peut se répandre et brûler à la surface de l'eau.

POINT D'EBULLITION
Le point d'ébullition est la température à laquelle un produit passe de l'état liquide à l'état gazeux. En dessous du point d'ébullition, le liquide peut s'évaporer et former de la vapeur. En approchant du point d'ébullition, l'évaporation est rapide et la concentration de vapeur dans l'air peut être extrêmement élevée. Les vapeurs présentes dans l'air peuvent constituer un danger d'incendie, d'explosion ou d'atteinte à la santé.

Dans le cas des mélanges, on exprime le point d'ébullition sous forme d'une gamme de températures; en effet, les divers ingrédients peuvent bouillir à différentes températures.

Dans le cas des substances qui se décomposent sans bouillir, on donne la température de décomposition suivie de l'indication "déc.". Certains produits de décomposition peuvent être dangereux. (Voir aussi Produits de décomposition thermique.)

POINT D'ECLAIR
On appelle point d'éclair la température la plus basse à laquelle un liquide ou un solide dégage assez de vapeurs pour que se produise à sa surface un mélange air-vapeur inflammable. Plus le point d'éclair est bas, plus le risque d'incendie est élevé. Le point d'éclair est une valeur approximative et ne devrait pas servir à déterminer strictement si la situation est dangereuse ou non. Diverses méthodes servant à déterminer le point d'éclair donnent des résultats différents. Deux de ces méthodes sont communément connues sous le nom de CO (coupelle ouverte) et CF (coupelle fermée).

POINT DE CONGELATION
Voir Point de fusion.

POINT DE FUSION
Le point de fusion est la température à laquelle un solide devient liquide. Le point de congélation est la température à laquelle un liquide devient solide. L'une ou l'autre de ces valeurs est ordinairement donnée sur les FTSS.

Il est important de connaître le point de fusion et le point de congélation d'une substance, car ces changements d'état physique peuvent faire éclater un contenant ou influer sur les propriétés dangereuses du produit.

POLYMERE
Une substance naturelle ou artificielle dans laquelle des unités appelées monomères sont liées en une longue chaîne. Le mot polymère veut dire ayant plusieurs parties. Des exemples de polymères sont l'amidon (molécules multiples de sucre), le polyéthylène (molécules multiples d'éthylène) et le polystyrène (molécules multiples de styrène).

La plupart des polymères artificiels sont peu toxiques, peu inflammables et peu réactifs. Par conséquent, les polymères tendent à être moins dangereux que les substances simples (monomères) dont ils sont formés.

POLYMERISATION, POLYMERISER
Procédé selon lequel un polymère se forme par l'enchaînement de plusieurs monomères d'une substance chimique. On a recours à la polymérisation pour produire des substances extrêmement utiles. Cependant, la polymérisation peut être très dangereuse si elle n'est pas contrôlée, car il arrive que ce procédé dégage beaucoup de chaleur ou occasionne une réaction violente ou explosive. Certaines substances se polymérisent spontanément et de façon inattendue; d'autres peuvent se polymériser au contact de l'eau, de l'air ou d'un produit chimique courant. On ajoute normalement des agents inhibiteurs à ces produits pour éliminer ou réduire le risque de polymérisation spontanée. La plupart des FTSS ont une section appelée Polymérisation dangereuse où l'on indique si une telle possibilité existe.

POUSSIERE / PARTICULE NUISIBLE
Le terme poussière nuisible est utilisé par l'ACGIH pour décrire des matières (solides ou liquides) qui se trouvent dans l'air mais ne produisent que peu d'effets nuisibles sur les poumons et n'entraînent aucune maladie ou lésion grave si on veille à ce que les niveaux d'exposition soient raisonnablement bas. On peut aussi dire particules nuisibles. Des concentrations élevées de particules nuisibles dans l'air peuvent réduire la visibilité. Ces particules peuvent aussi se loger dans les yeux, les oreilles et le nez et causer de l'irritation au lavage ou au frottement.

ppb
Aux États-Unis, ppb équivaut à l'expression européenne parties par milliard, soit 10 à la puissance de moins 9, partie par 10-9, ou pp 10-9.

ppm
Cette abréviation signifie parties par million. On l'utilise couramment pour mesurer la concentration de gaz et de vapeurs dans l'air. Par exemple, 1 ppm de gaz signifie qu'il y a une unité de ce gaz par million de la même unité d'air. Le rapport se compare à celui qui existe entre 1 minute et 2 ans ou 1 cent et 10 000 dollars.

PREMIERS SOINS
Les premiers soins sont les mesures d'urgence qu'il faut prendre aussitôt qu'une personne est blessée. Ils ont pour but de réduire la gravité de la blessure et le risque d'invalidité éventuelle. Dans les cas graves, les premiers soins peuvent être nécessaires pour empêcher la victime de mourir.

PRESSION DE VAPEUR
La pression de vapeur désigne la tendance d'une substance à former une vapeur. Plus la pression de vapeur est élevée, plus la concentration de vapeur peut être élevée. En général, une substance ayant une pression de vapeur élevée est plus susceptible de présenter un danger pour les voies respiratoires ou de causer des incendies qu'une substance ayant une pression de vapeur peu élevée.

PRODUITS CONTROLES
Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, s'applique à toute matière, tout produit ou toute substance qui répond aux critères de l'une ou de certaines des catégories suivantes :

Catégorie A - Gaz comprimés
Catégorie B - Matières inflammables et combustibles:
  Division 1 - Gaz inflammables
  Division 2 - Liquides inflammables
  Division 3 - Liquides combustibles
  Division 4 - Solides inflammables
  Division 5 - Aérosols inflammables
  Division 6 - Matières réactives inflammables
Catégorie C - Matières comburantes
Catégorie D - Matières toxiques et infectieuses:
  Division 1 - Matières ayant des effets toxiques immédiats et graves:
    Subdivision A - Matières très toxiques
    Subdivision B - Matières toxiques
  Division 2 - Matières ayant d'autres effets toxiques:
    Subdivision A - Matières très toxiques
    Subdivision B - Matières toxiques
  Division 3 - Matières infectieuses
Catégorie E - Matières corrosives
Catégorie F - Matières dangereusement réactives

PRODUITS DANGEREUX RESULTANT DE LA COMBUSTION
Des produits dangereux peuvent se former lorsque certaines substances brûlent. De tels produits de combustion peuvent être toxiques, inflammables ou autrement dangereux. Leur nature et leur quantité dépendent largement de la température et de l'apport d'air (oxygène). L'incendie pourrait par exemple produire des substances très différentes de celles qui se dégagent lorsque le produit est traité à des températures élevées (produits de décomposition thermique). Il est important de tenir compte de ces renseignements lorsqu'on prévoit les mesures de lutte contre l'incendie.

PRODUITS DE DECOMPOSITION DANGEREUX
Des produits de décomposition dangereux peuvent se former lorsqu'une substance se décompose parce qu'elle est instable ou qu'elle réagit avec des substances courantes, notamment l'oxygène, présentes dans l'air ou dans l'eau. Il faut tenir compte de la nature des substances qui se dégagent à la combustion pour prévoir des mesures appropriées d'entreposage et de manutention.

PRODUITS DE DECOMPOSITION THERMIQUE
Les produits de décomposition thermique sont des substances chimiques qui se forment lorsqu'une matière est chauffée, sans atteindre le point où elle brûle. Ces substances peuvent être toxiques, inflammables ou autrement dangereuses. Le genre et la quantité de substance qui se dégage dépendent de diverses conditions, dont la température. Les produits de décomposition thermique sont parfois très différents des substances qui se dégagent lorsqu'on brûle une matière donnée (produits dangereux résultant de la combustion).

Il est important de savoir quels sont les produits de décomposition thermique d'une matière lorsqu'on désire prévoir la ventilation appropriée dans un lieu où cette matière est traitée sous l'effet de la chaleur.

PSI
Abréviation anglaise de Pounds per square inch, soit livres au pouce carré ou lb/po2.

PYROPHORIQUE
Aux termes de la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis, les substances pyrophoriques sont définies comme étant capables de s'enflammer spontanément au simple contact de l'air à des températures égales ou inférieures à 130 degrés F (54,4 degrés C). Les définitions peuvent différer dans les règlements des diverses administrations.

QD
Quantité déclarable. Correspond à l'expression anglaise Reportable Quantity (RQ).

RCRA
Resource Conservation and Recovery Act (É.-U.). Cette loi sur la gestion des déchets est administrée par l'organisme américain de protection de l'environnement (EPA).

REACTIVITE CHIMIQUE
On dit qu'une matière est réactive lorsque sa composition chimique est susceptible de changement sous l'effet de la chaleur, de la lumière, du feu ou du contact avec d'autres produits chimiques. Il peut alors se produire des effets indésirables, notamment l'accumulation de la pression, l'augmentation de la température ou la formation de substances chimiques dangereuses. (Voir aussi Matières dangereusement réactives et Matières inflammables réactives.)

REGLEMENT SUR LES PRODUITS CONTROLES (RPC)
Le Règlement sur les produits contrôlés a été formulé en vertu de la loi fédérale canadienne sur les produits dangereux et il fait partie du Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).

Ce règlement s'applique à quiconque fournit, importe ou vend au Canada des produits contrôlés devant être utilisés en milieu de travail canadien. Ce règlement précise les critères d'identification des produits contrôlés ainsi que l'information qui doit apparaître sur les étiquettes et les fiches techniques.

RETOUR DE FLAMME
Un retour de flamme se produit lorsqu'un gaz, une vapeur ou un aérosol inflammable, ayant parcouru une certaine distance, rejoint une source d'inflammation (étincelle ou flamme) et prend feu. La flamme fait alors le trajet à rebours jusqu'à la source de gaz, de vapeur ou d'aérosol et risque de causer une explosion ou un incendie grave.

RTECS
Registry of Toxic Effects of Chemical Substances

SARA
Superfund Amendments and Reauthorization Act of 1986, États-Unis.

SENSIBILISATION
Apparition, avec le temps, de certaines réactions allergiques à une substance donnée. Il se pourrait qu'une légère réaction allergique se soit produite lors des premières expositions, mais cette réaction devient ordinairement plus forte par la suite et finit par devenir très grave, même à de faibles niveaux d'exposition pendant de courtes périodes.

Il existe deux différents genres de sensibilisation: celle de la peau et celle des voies respiratoires. Les symptômes typiques de la sensibilité de la peau sont l'enflure, la rougeur, la démangeaison, la douleur et la formation de cloques. La sensibilisation des voies respiratoires peut entraîner des symptômes semblables à une crise d'asthme grave. Ces symptômes comprennent le râlement, la difficulté à respirer, l'oppression, la toux et l'essoufflement.

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent les critères techniques qui servent à identifier les matières susceptibles de sensibiliser les voies respiratoires et la peau.

SEUIL OLFACTIF
Le seuil olfactif est la plus faible concentration à laquelle il est possible de percevoir l'odeur d'une substance dans l'air. Il ne faut le considérer que comme un chiffre approximatif. Le seuil olfactif est souvent établi en laboratoire, dans des conditions déterminées, par des personnes ayant de l'expérience en matière de détection des odeurs. La capacité de percevoir les odeurs varie d'une personne à l'autre et dépend des conditions qui existent en milieu de travail, surtout en présence d'autres substances qui dégagent une odeur.

On ne peut pas se fier à l'odeur pour savoir si des conditions dangereuses existent, car les travailleurs peuvent s'habituer à une odeur et certaines substances peuvent émousser l'odorat, ce qu'on appelle parfois fatigue olfactive. Cependant, dans certains cas, si le seuil olfactif d'un certain produit est nettement plus bas que la limite d'exposition, la présence d'une odeur peut donner une indication que le respirateur est défectueux.

SIMDUT
Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail. Il s'agit du système mis en place au Canada pour protéger les travailleurs en leur fournissant, ainsi qu'à leurs employeurs, des renseignements de toute première importance sur les substances dangereuses. Voici les points saillants du SIMDUT:

- Critères permettant d'identifier les produits contrôlés et de renseigner les travailleurs à leur sujet.
- Système d'étiquetage pour les contenants de produits contrôlés.
- Règlements relatifs à la divulgation d'information à l'aide des FTSS.
- Programmes d'éducation des travailleurs.
- Mécanisme assurant la protection des secrets de fabrication.

Des lois et des règlements émanant des gouvernements fédéral, provincial et territorial appuient la mise en pratique du SIMDUT.

SNC
Système nerveux central

SNP
Système nerveux périphérique

SOLIDE INFLAMMABLE
Un solide est dit inflammable s'il s'enflamme facilement et brûle de façon violente et persistante. Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis renferment certains critères techniques permettant d'identifier les solides inflammables aux fins des règlements, en fonction de la facilité avec laquelle ils s'enflamment et de la rapidité avec laquelle ils brûlent. Les solides inflammables sont dangereux parce qu'ils peuvent prendre feu en présence de la chaleur qui se produit par la friction entre deux surfaces ou par les procédés de transformation. Lorsqu'un solide inflammable est réduit en poussière ou en poudre, il y a danger d'explosion en présence d'une source d'inflammation.

SOLUBILITE
La solubilité est la capacité que possède une substance de se dissoudre dans l'eau ou dans un autre liquide. Elle peut s'exprimer par un pourcentage ou par un terme qualitatif comme insoluble, très soluble ou miscible.

La section Solubilité d'une FTSS décrit souvent la solubilité dans l'eau, car l'eau est le solvant industriel le plus répandu. Les renseignements relatifs à la solubilité servent à prévoir les mesures de nettoyage appropriées en cas de déversement ou d'incendie.

SOLVANT
Un solvant est une substance, ordinairement liquide, qui a le pouvoir de dissoudre une autre substance. Les substances appelées communément solvants peuvent dissoudre de nombreux produits. Des exemples de solvants communs sont l'eau, l'alcool éthylique, l'acétone, l'hexane et le toluène.

STABILITE
La stabilité d'un produit est sa capacité de résister à la chaleur et à l'humidité ou à l'oxygène qui se trouve dans l'air. Un produit instable peut se décomposer, se polymériser, brûler ou exploser spontanément dans des conditions normales. Lorsqu'il est indiqué qu'un produit est instable, on doit observer les précautions d'entreposage et de manutention appropriées.

SYNERGIQUE, SYNERGISME
Dans une FTSS, lorsqu'on parle de synergie, on veut dire que la personne exposée à plus d'une substance peut subir des effets nuisibles plus graves que l'ensemble des effets que chaque substance aurait produit séparément. C'est comme si on disait que 1 + 1 font 3. Lorsqu'on est en présence de substances ayant des propriétés synergiques, il faut tenir compte de ces propriétés dans l'évaluation des dangers qui s'y rattachent.

SYNONYMES

Une substance est parfois connue sous divers noms. Par exemple, le méthanol s'appelle aussi alcool méthylique ou hydrate de méthyle. Il est parfois utile d'avoir recours à un synonyme pour trouver des renseignements supplémentaires sur un produit chimique.

TAUX D'EVAPORATION
Le taux d'évaporation est une valeur qui indique en combien de temps le produit s'évapore à une température ambiante normale. On donne ordinairement le taux d'évaporation du produit par rapport à celui d'un solvant qui s'évapore plutôt rapidement, par exemple: 0,5 (acétate de butyle = 1). Cela veut dire que dans des conditions spécifiques, 0,5 gramme du produit s'évapore dans le même temps que 1 gramme d'acétate de butyle. Il arrive souvent qu'on dise simplement que le taux d'évaporation est supérieur à 1 ou inférieur à 1, c'est-à-dire qu'il s'évapore plus rapidement ou moins rapidement que le produit auquel on le compare.

En général, le danger que présente une substance toxique augmente avec le taux d'évaporation.

TCC
Tagliabue Closed Cup. En français, Tagliabue coupelle fermée (TCF). Méthode normalisée permettant d'établir les points d'éclair.

TCLO
Toxic Concentration, Low. En français, concentration toxique minimale (CTmin) ou teneur toxique minimale (TTmin), soit la plus faible concentration d'un contaminant aéroporté ayant été mise à l'essai (voir aussi CLmin et CL50).

TEMPERATURE D'AUTO-INFLAMMATION
La température la plus basse à laquelle une substance exposée à l'air commence à brûler spontanément sans entrer en contact avec une étincelle ou une flamme s'appelle la température d'auto-inflammation. De nombreux produits chimiques se décomposent lorsqu'ils sont chauffés. La température d'auto-inflammation est la température à laquelle les substances formées par la décomposition commencent à brûler. La température nécessaire pour produire cet effet varie de 100 degrés C ou plus d'une substance à l'autre, selon la méthode d'expérimentation. Les valeurs données dans la fiche sont donc approximatives. Pour éviter le risque d'incendie ou d'explosion, les produits doivent être entreposés et utilisés à une température nettement inférieure à la température d'auto-inflammation. On trouve aussi quelquefois l'expression température d'inflammation spontanée.

TERATOGENE, TERATOGENICITE
Un produit tératogène est une substance qui peut causer des malformations chez l'enfant qui n'est pas encore né. Il s'agit donc d'effets nuisibles produits sur l'embryon ou sur le foetus. La tératogénicité est la capacité que possède une substance de causer des malformations.

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques servant à identifier les matières tératogènes et embryotoxiques. (Voir aussi Effets sur la reproduction.) D'autres administrations pourraient avoir défini des critères spécifiques.

TLM
Tolérance limite moyenne (évaluation de la toxicité en milieu aquatique)

TLV
Threshold Limit Value. Valeur limite d'exposition (VLE) établie par l'American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH), qui utilise TLV comme marque déposée. Certaines administrations ont adopté les TLV comme limites légales. (Voir les explications générales données à l'article Limites d'exposition.)

TLV-C
Threshold Limit Value-Ceiling. Valeur définie et déterminée par l'ACGIH, signifiant Valeur limite d'exposition - Plafond. Voir aussi TLV.

TMD
Transport des marchandises dangereuses. Au Canada, le transport des marchandises pouvant présenter des dangers est régi par la Loi et le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses relevant de Transports Canada. La Loi et le Règlement sur le TMD fixent les critères de danger et stipulent la façon dont les matières désignées dangereuses doivent être emballées et expédiées.

TMD, CLASSIFICATION D'INFLAMMABILITE
Aux termes de la Loi et du Règlement sur le TMD du Canada, une matière est classifiée dangereuse si elle possède certaines propriétés. Consulter le Règlement pour obtenir des précisions.

TOC
Tagliabue Open Cup. Méthode Tagliabue coupelle ouverte permettant de déterminer les points d'éclair.

TOXICITE, TOXIQUE
Capacité que possède une substance de produire des effets biologiques nuisibles. La division en toxicité faible, modérée ou grave est fondée sur la quantité nécessaire pour produire un effet et sur la gravité de l'effet produit.

Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, et la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis donnent les critères techniques permettant d'identifier une matière toxique aux fins de chaque règlement. Des critères spécifiques permettent de déterminer la létalité à court terme, la toxicité à long terme, ainsi que la possibilité d'irritation de la peau ou des yeux, de sensibilisation de la peau et de mutagénicité. (Voir aussi Très toxique.)

TOXICITE POUR LA REPRODUCTION
Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques permettant d'identifier les matières toxiques pour la reproduction. Ces critères désignent des effets nuisibles pour la fertilité. (Voir aussi Effets sur la reproduction). D'autres administrations ont probablement des critères semblables qui diffèrent quelque peu.

TPN
Température et pression normales (0 degré C et une atmosphère de pression)

TRES TOXIQUE
Le Règlement sur les produits contrôlés, Canada, donne les critères techniques permettant d'identifier une matière très toxique. Des critères spécifiques permettent de déterminer la létalité à court terme, la toxicité à long terme, la tératogénicité, l'embryotoxicité, la toxicité pour la reproduction, la cancérogénicité, la sensibilisation des voies respiratoires et la mutagénicité. (Voir aussi Toxique.) Aux termes de la norme HAZCOM de l'OSHA aux États-Unis, l'expression correspondante, Highly Toxic, est définie spécifiquement.

TSCA
Toxic Substance Control Act, États-Unis

UE
Union européenne

uG
Signifie microgramme, une unité de masse.

UN
Signifie Nations Unies. Voir aussi Numéro UN.

USEPA
Voir EPA.

VALEUR PLAFOND
Voir l'explication générale à l'article Limites d'exposition.

VAPEUR
On appelle vapeur la forme gazeuse d'un produit qui est normalement solide ou liquide à des températures et pressions atmosphériques ambiantes normales. Il y a évaporation lorsqu'un liquide passe à l'état de vapeur. Il y a sublimation lorsqu'un solide passe directement à l'état de vapeur.

VENTILATION
La ventilation consiste à déplacer l'air, principalement dans le but d'éliminer les contaminants qui s'y trouvent dans les milieux de travail. Il existe différentes méthodes de ventilation. (Voir Ventilation générale, Ventilation mécanique et Ventilation naturelle.)

Pour plus de détails, consulter la publication du CCHST intitulée "La ventilation industrielle--Guide de base".

VENTILATION GENERALE
Aux fins des FTSS, la ventilation générale, également connue sous le nom de ventilation par dilution, consiste à évacuer l'air contaminé et à le remplacer par de l'air frais, ce qui réduit la concentration de contaminants qui se trouvent dans l'air du milieu de travail. La ventilation générale est ordinairement suggérée lorsqu'il s'agit de substances non dangereuses. (Voir aussi Ventilation mécanique, Ventilation par aspiration à la source et Ventilation.)

VENTILATION MECANIQUE
On dit que la ventilation est mécanique lorsqu'elle fait appel à un dispositif (par exemple un ventilateur) pour déplacer l'air. Il existe deux genres de ventilation mécanique : la ventilation générale et la ventilation par aspiration à la source. (Voir aussi Ventilation.)

VENTILATION NATURELLE
La ventilation naturelle est un genre de ventilation générale qui s'effectue par des moyens naturels plutôt que mécaniques. Le vent et la différence de température d'une zone à l'autre produisent un déplacement d'air qui peut servir de ventilation dans un immeuble, mais des facteurs imprévisibles dont on ne saurait dépendre. (Voir aussi Ventilation par aspiration à la source, Ventilation mécanique et Ventilation.)

VENTILATION PAR ASPIRATION A LA SOURCE
Cette forme de ventilation consiste à éliminer l'air contaminé directement à la source. Cette méthode peut aider à réduire l'exposition du travailleur plus efficacement que la ventilation générale, car elle empêche l'air contaminé de se répandre dans l'atmosphère de la zone de travail. On la recommande habituellement pour les substances dangereuses en suspension dans l'air. (Voir aussi Ventilation mécanique et Ventilation.)

VENTILATION PAR DILUTION
Voir Ventilation générale.

VLE
Voir TLV

VLE-P
Voir TLV-C

VOLATILE, VOLATILITE
La volatilité est la capacité que possède une substance de s'évaporer. Lorsqu'on dit qu'une substance est volatile, on entend ordinairement qu'elle peut s'évaporer facilement.

Dans les FTSS, la volatilité est souvent exprimée sous forme de pourcentage. Le pourcentage volatile par volume peut varier de 0 (aucune évaporation) à 100 (évaporation complète avec le temps).

Si un produit contient des ingrédients volatiles, il peut être nécessaire de fournir une bonne ventilation ou de prendre pour limiter les concentrations de vapeur dans l'air.



FTSS | Chercher | Description | Index | Zones | Exemples d'interrogation | Entreprises contribuant | FTSS reçues et devant être traitées | Comment verser des fiches dans FTSS | Comprendre les FTSS